Décret BACS et Digitalisation : Les Impacts sur les Entreprises Tertiaires

Depuis le 1ᵉʳ octobre 2023, les bâtiments tertiaires de plus de 1000 m² doivent se conformer au décret BACS (Building Automation and Control Systems). Ce décret, issu de la loi ELAN (Évolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique) de 2018, vise à réduire la consommation énergétique de ces bâtiments, qui pèse pour environ 40 % de la consommation finale d’énergie en France. Quels sont les implications et les avantages de cette mesure pour les acteurs du secteur ? Comment la digitalisation peut-elle les aider à réaliser cette transition énergétique ?

Le décret BACS, qu’est-ce que c’est ?

Le décret bacs oblige les propriétaires et les exploitants de bâtiments tertiaires de plus de 1 000 m² à installer des systèmes de régulation et de gestion de l’énergie, appelés BACS, avant le 1ᵉʳ janvier 2025. Ces systèmes doivent permettre de maîtriser et d’améliorer les usages de l’énergie dans les bâtiments, notamment le chauffage, la climatisation, l’éclairage, la ventilation et l’eau chaude sanitaire. Les BACS doivent également être capables de dialoguer avec les réseaux électriques intelligents (smart grids) et de participer aux mécanismes d’effacement et de flexibilité.

A lire également : Pourquoi faire une acquisition immobilière à Louviers ?

Quels sont les impacts du décret BACS pour les entreprises tertiaires ?

Le décret BACS constitue un enjeu, mais aussi une opportunité pour les entreprises tertiaires. En effet, il nécessite de réaliser un diagnostic énergétique des bâtiments, de choisir et d’installer des systèmes BACS adaptés, de former le personnel à leur utilisation et de les maintenir en bon état de fonctionnement. Ces actions peuvent représenter un coût initial important, mais elles peuvent aussi générer des économies d’énergie significatives sur le long terme. Selon l’ADEME (Agence de la Transition Écologique), les BACS peuvent permettre de réduire la consommation énergétique des bâtiments tertiaires de 10 à 30 %. Le décret BACS peut donc être un facteur de compétitivité et de rentabilité pour les entreprises tertiaires, tout en contribuant à la lutte contre le changement climatique.

A voir aussi : Immobilier neuf : quels critères pour bien choisir un promoteur ?

Comment la digitalisation peut-elle faciliter la mise en œuvre du décret BACS ?

La digitalisation est un élément clé pour réussir la transition énergétique des bâtiments tertiaires. Elle permet de simplifier et d’optimiser la gestion des systèmes BACS, grâce à des solutions logicielles innovantes. Ces solutions offrent la possibilité de collecter et d’analyser les données de consommation énergétique des bâtiments, de visualiser et de piloter les systèmes BACS à distance, d’automatiser et d’adapter les paramètres de régulation des systèmes BACS, de détecter et de résoudre les anomalies et les dysfonctionnements des systèmes BACS, et de créer des rapports et des tableaux de bord personnalisés. La digitalisation aide ainsi les entreprises tertiaires à se conformer au décret BACS, tout en améliorant leur efficacité énergétique et leur confort. Elle leur permet également de valoriser leur image et leur responsabilité sociale et environnementale.

Le décret BACS est une mesure ambitieuse et nécessaire pour réduire l’impact environnemental des bâtiments tertiaires. Il représente un défi pour les entreprises tertiaires, qui doivent s’adapter à cette nouvelle règlementation. Mais il représente aussi une opportunité, car il peut leur permettre de réaliser des économies d’énergie, d’améliorer leur compétitivité et de renforcer leur attractivité. C’est un atout majeur pour accompagner les entreprises tertiaires dans cette transition énergétique. Elle leur offre des solutions performantes et innovantes pour gérer et optimiser leurs systèmes BACS. Elle leur permet également de bénéficier d’une meilleure visibilité et d’une meilleure traçabilité de leurs performances énergétiques. Le décret BACS et la digitalisation sont donc deux leviers complémentaires pour faire des bâtiments tertiaires des acteurs de la transition écologique.

vous pourriez aussi aimer