Immobilier : quelles sont les villes les plus chères de France



La crise sanitaire et la pandémie liées au Covid-19 ont eu des conséquences sur l’économie française. Toutefois, les prix de l’immobilier connaissent depuis un an une hausse sans relâche, au point d’atteindre les + 6,5 % en douze mois. Aujourd’hui, la question se pose : quelles sont les villes les plus chères de France et où faut-il mettre un point de vigilance lorsque l’on souhaite devenir propriétaire ? Nous faisons le point pour vous.

A lire en complément : Quel papier pour une assurance habitation ?



Immobilier : Paris, la ville la plus chère de France



C’est sans aucune surprise que Paris se place en tête des villes de plus de 100 000 habitants les plus chères de France. La capitale tient d’année en année sa place sur le podium, avec un prix au mètre carré  qui atteint les 10 683 euros au terme d’une année de hausse (+ 5,7 %).



Ceci est sans compter les divers quartiers de la ville Lumière, où ce prix peut frôler les 16 000 euros au mètre carré. Selon la baromètre LPI (source : seloger.com), les prix continuent d’augmenter, à l’image des deux dernières décennies, qui ont vu les prix de l’immobilier se multiplier par 5.

A découvrir également : Quelles protections juridiques pour les locataires ?



Il est toutefois de rigueur de mettre en exergue un très léger début de baisse du prix au mètre carré pour Paris Intramuros, noté au mois de janvier 2021. Que va-t-il en être au terme de cette année ? Rien n’est plus incertain, compte tenu de la situation sanitaire. Celle-ci entraîne en effet l’immobilier vers une course folle des prix, dû essentiellement à une pénurie de biens immobiliers et à une forte demande.



Montreuil et Boulogne-Billancourt : une hausse continue



Les deux villes de plus de 100 000 habitants figurant parmi les plus chères de France et dans lesquelles investir est un projet coûteux sont Montreuil et Boulogne-Billancourt. Là encore, aucune surprise avec ces deux grandes villes de la périphérie parisienne, très prisées pour leur emplacement et leur cadre de vie de qualité.



Boulogne-Billancourt se place avant Montreuil : ces deux villes  coûtent plus cher en termes d’investissement immobilier qu’une ville comme Bordeaux, par exemple.



Lyon, Annecy et Bordeaux : on dépasse les 5 000 € / m²



Les deux métropoles de l’Est français ainsi que la grande capitale du vin dépassent aujourd’hui les 5 000 euros le mètre carré, si l’on en croit les données recoupées par le baromètre LPI Se Loger. S’il fait bon vivre dans ces 3 villes dynamiques et étudiantes, devenir propriétaire vous en coûtera.



On note ainsi à Lyon un prix au mètre carré de l’ordre de 5 652 euros, contre 5 243 euros pour Annecy, et enfin, 5 023 euros le mètre carré pour Bordeaux, une métropole en plein essor qui continue d’être toujours plus attractive pour de nombreuses populations.



Nice, Nantes, Aix-en-Provence et Saint-Denis



Toujours selon le baromètre LPI, dans le top 10 des villes de plus de 100 000 habitants les plus chères, arrivent enfin Nice, Nantes, Aix-en-Provence et Saint-Denis, pour un retour en région parisienne non surprenant.



Si saint-Denis reste la moins chère du classement, elle se positionne toutefois avec un prix au mètre carré qui est 43,8 % plus élevé que dans une ville comme Le Havre. Le Havre, il faut le savoir, est la ville la plus chère parmi les dix métropoles qui témoignent des prix immobiliers les plus bas.



Quelle prévisions pour 2021 ?



Pour toute personne désireuse de se positionner en devenant propriétaire en 2021, quelles sont les pistes les plus judicieuses et que peut-on attendre de 2021 face à la crise sanitaire ? 



Selon Michel Mouillart, porte-parole du Baromètre LPI, on ne prévoit pas de baisse des prix de l’immobilier sur le territoire français en 2021, sauf pour quelques-unes des villes citées. Si vous désirez devenir propriétaire ou vendre votre bien immobilier, on vous conseille toutefois de tester des outils tels que le site Paradissimo, qui vous seront bien utiles pour comprendre la tendance.





L’impact de la crise sanitaire sur les prix de l’immobilier dans les villes les plus chères de France



La crise sanitaire a eu un impact sur l’économie française et donc naturellement sur le marché immobilier. Les villes les plus chères ont-elles été épargnées ?



Dans la ville de Paris, qui reste en tête des villes les plus chères de France, on constate une chute importante du nombre d’acheteurs étrangers depuis le début de la pandémie. Cette baisse est estimée à environ -35 % selon MeilleursAgents.



En revanche, dans certaines villes comme Lyon ou Marseille où beaucoup de Parisiens cherchent à s’installer pour avoir plus d’espace vital pendant cette période post-Covidienne, on assiste plutôt à une hausse des prix immobiliers.



Ces hausses ne sont pas généralisées dans tout le pays : d’autres grandes villes telles que Bordeaux ou Strasbourg connaissent aussi une légère baisse des prix, notamment en raison d’une diminution du pouvoir d’achat des ménages. La situation économique actuelle pousse certains acheteurs potentiels à différer leur projet immobilier ou bien se tourner vers un autre mode locatif non soumis aux aléas économiques tels que la colocation ou encore la location saisonnière courte durée telle que Airbnb.



Malgré un contexte incertain marqué par l’épidémie mondiale et ses conséquences sanitaires et économiques importantes, le marché immobilier semble toujours porteur mais nécessite néanmoins une analyse approfondie pour chaque zone géographique afin de réaliser une transaction décisive avec succès.



Les alternatives aux villes les plus chères : zoom sur les villes où l’immobilier est plus abordable



Face aux prix élevés de l’immobilier dans les grandes villes, de plus en plus d’acheteurs potentiels cherchent des alternatives plus abordables. Certainement une raison pour laquelle le marché immobilier en France reste assez dynamique malgré un contexte sanitaire compliqué.



Parmi ces alternatives se trouvent des villes comme Nantes, Rennes ou encore Toulouse. Ces trois villes sont particulièrement attractives grâce à leur qualité de vie et leur dynamisme économique. Les prix y sont relativement raisonnables comparativement aux villes les plus chères du pays.



Nantes est considérée par beaucoup comme une ville où il fait bon vivre. Elle offre une qualité de vie exceptionnelle avec ses bords de Loire aménagés, son centre historique pittoresque et son patrimoine culturel riche. Le marché immobilier y est actuellement très porteur avec des tarifs inférieurs à ceux pratiqués dans la capitale française.



Rennes possède aussi un fort potentiel économique qui attire chaque année un grand nombre d’étudiants et d’actifs venus s’y installer pour travailler tout en profitant d’un cadre de vie agréable et propice au bien-être. Ville universitaire reconnue pour sa richesse culturelle, elle constitue certainement une valeur sûre si vous recherchez un investissement rentable sur le long terme.



Toulouse quant à elle est connue pour être la ‘ville rose’ grâce à ses architectures revêtues de briques ocres qui lui donnent ce charme inimitable. Devenue une destination préférée des jeunes couples désireux d’accéder à la propriété sans exploser leur budget, elle est devenue en quelques années une alternative sérieuse aux villes les plus chères du pays. Les prix y sont plus accessibles et le marché immobilier y est suffisamment dynamique pour envisager sereinement un projet d’achat ou d’investissement locatif.



Il existe bien sûr d’autres alternatives dans des régions moins prisées comme par exemple Limoges où les maisons anciennes se trouvent souvent à des tarifs très attractifs. En définitive, l’affaire réside avant tout dans votre aptitude à analyser les tendances immobilières sur chaque zone géographique et l’état du marché local avant de prendre une décision cruciale qui engagera probablement votre avenir financier.

vous pourriez aussi aimer