Qu’est-ce que ça veut dire passif ?

La gestion passive, c’est « ne rien faire » et la gestion active « fait quelque chose », n’est-ce pas ? Mais les définitions de la gestion active et passive sont-elles vraiment si simples ? Bien sûr que non ! Regardons ça de plus près.

Définitions « basiques » de la gestion active et passive : un excellent point de départ

La définition de la gestion active

La gestion active cherche à acheter des actifs (actions, obligations, bitcoin, or, etc.) en essayant de choisir ceux qui auront une meilleure performance par rapport aux autres actifs et en achetant au meilleur moment. En fonction de l’objectif de gestion, il peut être d’essayer de sélectionner les meilleures valeurs dans un univers (par exemple les petites capitalisations françaises) ou de sélectionner la meilleure classe d’actifs (par exemple, choisir entre actions, obligations et or). La gestion active se compare souvent à un indice ou un composite d’indices. Ceci est indiqué dans le document d’information clé à l’intention de l’investisseur (ICI). Mais attention, c’est le gestionnaire actif qui choisit sa référence, nous pouvons avoir des surprises.

A voir aussi : Quelle différence entre une indivision et une copropriété ?

La gestion active a généralement des coûts assez élevés (2% par an en moyenne en France), car les gestionnaires qui réalisent les analyses doivent être rémunérés.

Il est à noter que les fonds actifs doivent théoriquement chercher à faire mieux qu’un indice, en termes de rendement corrigé du risque, et non pas seulement avoir un meilleur rendement.

Lire également : Comment vérifier comptes copropriété ?

Définition de la gestion passive

D’ autre part, la gestion passive ne cherche pas à « faire mieux ». La gestion passive suit un indice boursier et vise à le surveiller au mieux. N’hésitez pas à vous référer à cet article pour comprendre comment fonctionnent les indices boursiers.

Les fonds qui suivent les indices des traqueurs sont appelés. Les fonds qui suivent les indices peuvent être non cotés ou cotés en bourse, alors ils sont des FNB (Exchange Traded Fund).

La gestion passive est normalement peu coûteuse. La plupart des ETF cotés à la Bourse Euronext de Paris ont des commissions inférieures à 0,4% par an et les ETF sont assez facilement trouvables avec des frais de moins plus de 0,2 % par an.

Questions au sujet de ces définitions

Comme je l’ai dit, si ces définitions de la gestion passive et active fonctionnaient à tout moment, ce serait trop simple. Je partage avec vous quelques réflexions :

  • Les indices ne sont pas statiques. La composition d’un indice est régulièrement réexaminée. Par exemple, l’indice S&P 500 des 500 valeurs américaines les plus importantes affiche un chiffre d’affaires moyen de 4 %. Cela signifie qu’une vingtaine de valeurs sont remplacées chaque année. Le S&P 500 d’il y a vingt ou trente ans n’a pas grand-chose à voir avec celui d’aujourd’hui. Et tous les indices ont un minimum de chiffre d’affaires. Pas si passif que finalement ces indices !
  • Et si vous choisissez dix « bonnes » valeurs et les conservez pendant 50 ans, est-ce une gestion passive ou une gestion active ?
  • Et si vous pesez les valeurs non pas en fonction de la capitalisation boursière, mais en fonction d’autres critères tels que l’évaluation ou les performances passées, comme le font les FNB Smart Beta, s’agit-il d’une gestion passive ou d’une gestion active ? (voir cet article de blog pour plus d’informations sur bêta intelligente).
  • Et si vous faites un portefeuille de FNB en essayant de l’optimiser, n’est-ce pas une gestion active des produits passifs ?
  • Si vous investissez mensuellement sans penser à un fonds actif, n’est-ce pas une gestion passive sur un produit actif ?

Conclusion pour Saver 3.0 : Mes définitions de la gestion passive et active

Comme dans la vie quotidienne, les frontières entre les concepts sont parfois floues. Il n’est pas facile de trouver une définition claire de la gestion passive et active.

Qu’ est-ce que la gestion discrétionnaire ?

Certains préfèrent faire la distinction entre la gestion discrétionnaire et la gestion automatisée. Dans la gestion discrétionnaire, le gestionnaire choisit les valeurs en fonction des critères qu’il souhaite. Mais ce qui est important pour moi, c’est de savoir si le processus de gestion est transparent (et vérifiable). Par exemple, les gestionnaires de fonds spéculatifs utilisent souvent des algorithmes. Cependant, ils ne sont pas connus. Un FNB Smart Beta suivra également un algorithme. Mais celui-ci est décrit très précisément.

Pour moi, il est presque impossible de trouver une définition parfaite avec une gestion passive. C’est aussi un état d’esprit plus lié à la vision du marché et à la relation épargnant/manager. Mais essayons tout de même.

Ma définition de la gestion passive.

La gestion passive vise à obtenir des performances ajustées en fonction du risque le plus proche possible du marché, c’est-à-dire le résultat de l’intelligence collective. Lorsque nous faisons de la gestion passive, nous réalisons qu’il est extrêmement difficile de battre le marché et que les coûts doivent être minimisés. La gestion passive suit les changements du marché, à la fois à la hausse et à la baisse, même dans les moments potentiels d’exubérance ou de panique excessive. La gestion passive est transparente et donne aux investisseurs les outils nécessaires pour comprendre dans quoi ils investissent.

Et la définition de la gestion active.

Lorsque la gestion active est effectuée, on croit qu’il est possible de tirer parti des inefficacités du marché et donc d’avoir un meilleures performances que celui-ci. Un gestionnaire peut mieux performer que la somme des intelligences globales. Il y a donc de bons managers et de mauvais managers (pour que les gestionnaires fassent mieux que le marché, il doit y avoir des gestionnaires qui font moins bien que le marché). Il incombe à l’épargnant d’identifier les meilleurs gestionnaires s’il veut compter sur un gestionnaire. Sinon, s’il fait lui-même une gestion active, il considère qu’elle présente un avantage (compétence, information, accès à certaines valeurs mobilières, etc.) sur le marché. Les frais ne sont pas un sujet principal, car les fonds actifs fournissent un rendement net des frais. Le processus de gestion est un élément de propriété intellectuelle, de sorte qu’il ne peut être divulgué (en tout cas seulement partiellement). L’épargnant doit avoir confiance dans le gestionnaire intuitu personae ou, dans tous les cas, considérer que l’information sur le processus de gestion est suffisante pour avoir confiance qu’il produira de bons résultats à long terme.

Sur ce blog et dans mes livres, et surtout dans cet article, je montre que la gestion passive des produits passifs est vraiment logique pour un épargnant qui veut dynamiser sa richesse en y consacrant très peu de temps.

Je vous souhaite le meilleur pour vos économies… et surtout pour tout le reste.

vous pourriez aussi aimer