Zoom sur les normes d’accessibilité pour PMR

Aujourd’hui, on compte encore de nombreux immeubles qui ne sont pas accessibles aux personnes à mobilité réduite et aux personnes malvoyantes. Pourtant, il ne faut pas refaire tout le bâtiment, que ce soit un immeuble ou un logement privé pour qu’il puisse accueillir tout le monde. Dans cet article, nous allons faire le point sur les normes d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite ou PMR.

L’aménagement des bâtiments aux normes d’accessibilité, est-ce obligatoire ?

Il faut comprendre que quand on dit « accessibilité », ceci ne se limite pas uniquement aux accès. On fait également référence à la circulation et aux équipements. En effet, une grande entrée ne veut pas forcément dire que le bâtiment est accessible aux personnes handicapées. Malheureusement, de nombreux bâtiments collectifs ne sont pas encore aujourd’hui conformes à ces normes.

A lire également : Acheter un appartement T4

L’obligation de cette mise aux normes accessibilité a été évoquée au 1er janvier 2015 pour tous les établissements recevant du Public. Si vous êtes propriétaire d’un ERP et que celui-ci n’est pas encore aux normes, rassurez-vous : l’administration vous accorde encore jusqu’à 2024 pour le réaliser. Vous pouvez faire appel à des professionnels pour étudier la conformité de votre bâtiment par rapport à ces normes.

A lire également : Paris : le point sur les cambriolages en 2022

Les normes pour les immeubles et les maisons individuelles

L’application de ces normes d’accessibilité permet aux personnes à mobilité réduite d’avoir un meilleur cadre de vie et de profiter d’une certaine sécurité, que ce soit dans une maison individuelle ou dans un immeuble. Ainsi, les bâtiments d’habitation collectifs neufs ainsi que les maisons individuelles qu’on envisage de revendre ou de louer doivent être construites pour répondre à ces normes d’accessibilité.

Il faudra donc penser à l’aménagement et à l’installation des équipements de manière à ce que les personnes handicapées puissent :

  • avoir un stationnement adapté à leur situation,
  • accéder aux locaux collectifs, du garage jusqu’au local à poubelle et aux balcons, terrasses et autres espaces,
  • accéder facilement à la salle d’eau,
  • avoir à leur portée de main les équipements et dispositifs de commande et de service comme les interrupteurs ou l’interphone.

Si sur le papier, tout ceci vous semble simple à appliquer, il est à préciser qu’il y a des réglementations établies pour l’application de ces normes. Pour les bâtiments d’habitation collectifs neufs par exemple, les tourniquets et les portes à tambour sont interdits.

Qu’en est-il des constructions existantes ?

Pour les bâtiments d’habitation collectifs existants, il n’est pas obligatoire de suivre à la lettre la bonne liste des dispositions des normes d’accessibilité. En effet, sur la construction déjà existante, les propriétaires sont libres de faire les travaux qui leur conviennent pour offrir l’accessibilité à ces personnes à mobilité réduite.

Cependant, pour la création de nouvelles surfaces ou encore pour la modification des espaces déjà existants, il faut en profiter pour appliquer les normes en vigueur. Si vous vous faites accompagner par des professionnels, vous n’aurez pas à vous inquiéter pour ce qui est de l’esthétisme de votre bâtiment.

vous pourriez aussi aimer